Sites Inria

Le 20.03.2013

John, six ordinateurs suffisent... par personne !

Le monde est devenu numérique et les sciences du numérique ont massivement contribué à cette transformation. Dans cette chronique, Michel Cosnard - PDG d'Inria - partage sa vision de l'engagement de la recherche dans cette révolution sociale et humaine. Une lecture à l'horizon 2020 mais enracinée dans l'histoire scientifique du XXème siècle.

Grappe de PC
© Inria / Photo Kaksonen
Article initialement publié dans 01 Business – Supplément de 01 Business & Technologies du 28/02/2013
 

Le monde est devenu numérique, l’ingénierie, la médecine, l’éducation, les jeux, les sciences, la sécurité, le commerce, la finance, et même la politique. La prothèse numérique, que constitue notre smartphone ou notre tablette, nous permet d’étendre nos capacités cognitives, d’interagir avec des êtres, des objets ou des mondes virtuels, de suppléer à nos insuffisances et de renforcer nos qualités, et même de provoquer des révolutions. Cela ne nous rend pas moins vulnérables pour autant : virus informatiques, délinquances numériques, attaques cybernétiques, bugs logiciels ou atteintes à la vie privée se multiplient.

Mais que fait la recherche ? Inria vient de rendre public son nouveau plan stratégique « Objectif Inria 2020 ». L’institut est bien conscient qu’il a contribué à inventer cette « quatrième coupure qui ouvre, une fois encore, un monde nouveau » (Michel Serres - Objectif Inria 2020, page 4). D’où une évolution majeure vers la prise en compte de la dimension humaine et sociale des recherches en informatique et en mathématiques appliquées.

Les avancées fulgurantes de la compréhension du vivant et de la santé sont en mesure désormais d’intégrer les différentes échelles, de la cellule, l’organe, l'individu jusqu'aux populations et écosystèmes. John, ton régulateur cardiaque sera adaptatif et auto programmable. Tu géreras ton niveau de stress et tu te maintiendras en forme grâce à des dispositifs de conseils ou à des alertes préventives détectés par ton système de capteurs. Tes interactions avec les systèmes de transports, les systèmes de sécurité, l’habitat et les villes seront plus « amicales ». Les réseaux sociaux vont continuer à modifier tes relations au sein de la société ou de ton entreprise.

L’élaboration même de la connaissance devient numérique. Le web sémantique, l’apprentissage automatique ou les outils de visualisation transformeront le déluge de données hétérogènes en bibliothèques de connaissances, dignes de confiance et respectueuses de la confidentialité. John, tu seras acteur de cette transformation en apportant tes connaissances et en les validant dans ton domaine d’expertise. De nouveaux modèles économiques apparaîtront où les usagers demanderont à accéder aux connaissances les concernant et extraites automatiquement par les entreprises.

En 2020, plusieurs dizaines de milliards d'objets communiqueront entre eux via des réseaux filaires ou sans-fil, ce qui va nécessiter une profonde évolution des réseaux tant au niveau matériel que logiciel. A condition bien sûr d’éviter des problèmes majeurs dans les très grands systèmes socio-technologiques : systèmes de réseaux électriques à l’échelle d’un pays ou d’un continent, réseaux de communication,  système de gestion du trafic aérien mondial, ou de gestion d’une ville, d’un immeuble ou d’une maison. Il faut prendre en compte ces questions dès leur conception et développer des méthodes de prévention et de gestion de risques pour les systèmes numériques existants. La programmation des très grands logiciels intégrera des impératifs de fiabilité, de sûreté et de sécurité.

En 2020, la performance des supercalculateurs dépassera l’exascale grâce à leurs millions de processeurs de calcul, eux mêmes composés de milliers de coeurs. John, en 70 ans une accélération de un million de milliards. Il reste à inventer les méthodes de programmation qui permettront d’utiliser efficacement ces gigantesques machines.

John, tu pourras interagir avec tous ces systèmes grâce à des interfaces moins invasives et plus invisibles, et des systèmes robotiques plus conviviaux. Tu pourras même concevoir des objets nouveaux et les imprimer en 3D.

Tu as raison, John, 2020 sera certainement différent mais les chercheurs ont le droit de rêver. Si les gens ne croient pas que la vie est simple, c’est uniquement parce qu’ils ne réalisent pas à quel point le numérique est complexe !


Inria, institut public de recherche en sciences du numérique propulse Inriality.

Qui es-tu John ?

John est un mathématicien et physicien américano-hongrois de la première moité du XXème siècle. Brillant chercheur, il a apporté d'importantes contributions à la science .
Il est considéré avec Alan Turing comme un des pères de l'informatique moderne. En effet, il avait perçu l'immense potentiel des ordinateurs - particulièrement en terme de calculs - à une époque où l'on croyait que le monde n'aurait besoin que d'une demi douzaine d'ordinateur, même s'il aurait déclaré en 1949 « Nous avons atteint les limites de ce que peuvent les ordinateurs »...
 
Saurez-vous retrouver qui est John ?

 

Propulsé par