Sites Inria

Le 10.05.2012

Le Green IT se réfugie au Nord !

« How clean is your cloud ? » : c’est la question que Greenpeace soulève dans son rapport sur la consommation d’énergie des gigantesques structures de cloud computing d’Amazon, Apple, Facebook, Google, Microsoft, et autres leaders du numérique. Les enjeux écologiques sont immenses : certains data-centers consomment autant d’électricité que 250 000 foyers européens. Et la quantité de données sur le Web pourrait être multipliée par 50 d’ici à 2020.
Facebook a construit un datacenter en Suède alimenté en électricité par l’énergie hydraulique. - © Facebook

Dans les conclusions de son rapport, Greenpeace montre que certains acteurs, comme Apple, continuent d’exploiter massivement des énergies polluantes telles que le charbon, au lieu de se tourner résolument vers les énergies renouvelables. Le mieux noté est Facebook qui, dans le cadre de sa politique d’Open Compute Project, construit son futur data center de Lulea, en Suède, alimenté en électricité par l’énergie hydraulique du fleuve voisin.

Installé à une centaine de kilomètres du cercle arctique, et destiné à gérer le trafic européen de Facebook, le centre de Lulea est construit pour profiter du refroidissement naturel de l’air glacial environnant. Cette technique, dite de « free cooling » ne fait donc pas appel à des climatiseurs énergivores - lesquels consomment habituellement la moitié de l’énergie d’un data center ! Sur ce principe, on connaissait notamment le data center « poulailler » ouvert par Yahoo à Lockport (New York), qui s’inspire directement de la structure des poulaillers pour refroidir ses 50 000 serveurs avec l’air ambiant.

Nouvelle approche, celle proposée par Qarnot Computing, une start-up de Montrouge : placer des mini-centres de calcul chez les particuliers. Cette variante du free cooling aurait pour avantage d’apporter un complément de chauffage au domicile. Des milliers d’appartements pourraient en profiter et apporter une puissance de calcul totale aussi importante que celle de grands data centers. Mais sans garantir le même niveau de sécurité des données ou d’accessibilité aux équipements...

Quant au futur data center de HP, installé en Norvège, il devrait exploiter à la fois le principe du free cooling et chauffer des immeubles alentour. Alors que celui de Google a choisi d’évacuer sa chaleur dans les eaux froides d’Hamina, dans la baie de Finlande. Les techniques divergent beaucoup mais les grands acteurs du numérique tendent visiblement à installer leurs clouds en Europe du Nord !

D’abord, réduire la consommation d’énergie

« Aujourd’hui, les technologies de l’information (IT) génèrent, au niveau mondial, autant de CO2 que l’aviation. Pour atteindre les objectifs de GreenTouch, il faudra s’attaquer au problème sur tous les fronts : l’architecture d’Internet, par exemple, doit être remise à plat ». En effet, les réseaux classiques consomment presque autant d’énergie lorsqu’ils sont utilisés et lorsqu’ils ne le sont pas.

« Dans l’équipe RESO, nous cherchons les moyens de supprimer et de virtualiser certains équipements tels que les box Internet, par exemple, qui ne consomment certes qu’une dizaine de watts mais sont employés par des dizaines de millions d’utilisateurs », souligne Laurent Lefèvre. L’équipe concentre ainsi ses efforts sur le réseau « du dernier kilomètre », qui est à la fois le plus proche de l’utilisateur et aussi le plus à même d’être optimisé.

Un autre objectif de l’équipe de recherche RESO est de mesurer et d'améliorer l’efficacité de centres de calcul à hautes performances en concevant des services et environnements logiciels efficaces en énergie (dans le cadre du projet européen PrimeEnergyIT et du groupe EcoInfo). RESO explore aussi la création de cloud sensible à la consommation énergétique grâce aux outils logiciels développés dans le cadre des projets nationaux CompatibleOne et XLcloud, « de façon à rendre visible et prendre en compte dès la conception logicielle l’impact environnemental du cloud, aujourd’hui trop difficile à appréhender », conclut Laurent Lefèvre.

 

Pour en savoir plus

Propulsé par