Sites Inria

Le 22.10.2013

Avec les cours en ligne, l’enseignement devient enfin personnel

Grâce aux données récoltées lorsqu’un apprenant suit un cours en ligne, via un MOOC ou une plateforme e-learning, la qualité de l’enseignement va grandir à échelle exponentielle.

Classe du futur
Photo de Pedro Vezini (CC BY-NC-SA 2.0)

Pendant des décennies, l’enseignement traditionnel n’a pas véritablement évolué. Du moins, il est resté sur des acquis n’ayant pas permis de bouleversement dans la façon d’apprendre. Désormais, grâce à l’émergence des cours en ligne, une voie royale est ouverte pour que l’enseignement gagne en efficacité. A la manière dont la publicité a connu une refonte totale, grâce à Internet qui permet faire passer messages publicitaires à un public bien ciblé grâce aux données de navigation d’utilisateur, l’éducation en ligne est en passe de connaître une refonte similaire.

Désormais, quand un étudiant suit un cours en ligne, toutes ses actions sont sauvegardées et analysées. Par exemple, si un apprenant arrête le cours ou l’exercice à un moment donné, s’il passe plus de temps sur un cours que sur un autre, ou s’il ne comprend pas un élément précis, cela permettra de changer le cours et d’optimiser son efficacité. Ce concept est valable sur les plateformes de cours en ligne, sur les MOOCs (Massive Open Online Courses). ou même dans les écoles qui utilisent un système d’apprentissage assisté par ordinateur.

Le professeur connaît enfin son élève


Et sur ce point, Salman Khan, fondateur de la Khan Academy, est très en avance sur son temps : « L’idée est de récolter toutes les données d’apprentissage d’un élève pour que l’enseignant ait les cartes en main pour intervenir de la manière la plus fructueuse possible. » En clair, les élèves suivent des cours vidéo, et l’enseignant regarde comment s’est comporté chacun de ses élèves. Une méthode très proche du blended learning, qui mixe un enseignement en ligne et en présentiel.

Cela évite que le professeur pose la question fatidique : « qu’est ce que tu n’as pas compris ? ». Qui se solde souvent par une réponse de type « tout », ou « je ne sais pas trop ». Car certains élèves, en situation d’échec, n’arrivent pas à pointer leur difficulté. Grâce aux données d’utilisation récoltées, l’enseignant est à même de savoir que son élève est en difficulté sur un point précis. Il peut alors cibler ses instructions en fonction de l’élève qu’il a en face de lui, en connaissance de ses capacités.

Les MOOCs n’en sont qu’à leur version « beta »


Cette méthode peut clairement s’apparenter à la pédagogie inversée, ou classe inversée, mais technologiquement plus évoluée. Avant d’aller en classe, l’élève étudie le cours général grâce à une interface en ligne, et quand il va à l’école, le professeur sait ce qui ne va pas et peut lui expliquer individuellement. « La technologie humanise la classe » selon Salman Khan. Et il n’a pas tort. Car désormais, le professeur connaît bien son élève ! C’est bien en cela que l’éducation en ligne est révolutionnaire.

Grâce à ces données d’utilisation, on peut également dire que les MOOCs actuels ne sont que des prototypes. Nés il y a environ deux ans, plusieurs millions d’apprenants ont déjà utilisés ces cours en ligne. Plusieurs millions de données sont donc à analyser pour améliorer leur élaboration. En France, on peut le constater avec le MOOC GdP de Centrale Lille, qui a utilisé les données récoltées pendant la première édition (18 mars au 15 avril 2013), afin de réaliser des innovations pédagogiques pour la deuxième édition qui s’est déroulée du 16 septembre au 20 octobre 2013.

Il est donc impossible de savoir quel visage aura l’éducation en ligne dans une dizaine d’années, tant des évolutions technologiques et pédagogiques auront été apportées. Mais ce qui est certain, c’est que son efficacité sera décuplée, et que les apprenants seront suivis plus personnellement. Pas seulement dans l’éducation primaire et secondaire, mais plus généralement, grâce à des cours adaptés au rythme et à la compréhension de chacun. L’éducation a de beaux jours devant elle.

Propulsé par