Sites Inria

Le 13.02.2012

E-commerce : vers des paiements encore plus sécurisés

204 milliards d’Euros chaque année ! C’est la somme vertigineuse que les Européens pourraient économiser en modernisant leurs façons de payer. Pour atteindre un tel objectif, il faudrait notamment que le e-commerce atteigne 15% du commerce de détail, au lieu d’environ 3% aujourd’hui. Parce que le paiement électronique semble être aujourd’hui le moyen d’échange économique entre individus ou entreprises le moins coûteux.
© Getty

« L'inefficacité des systèmes de paiement dans l'Union européenne accroît les coûts de transaction, réduit la compétitivité de l'économie européenne et limite son potentiel de croissance », résume le vice-président de la Commission européenne Joaquín Almunia, dans le cadre du lancement d’un livre vert pour améliorer les paiements électroniques.

 A contrario, côté français, la confiance diminue. Plus du quart des Français (27%) sondés en janvier 2012 par Ipsos dit craindre de payer sur Internet, soit une hausse de 6 points en un an.

Pour répondre à ces inquiétudes, de nouvelles solutions de sécurisation se mettent en place, notamment du côté des téléphones mobiles. En remplacement de la carte bancaire, les téléphones mobiles deviennent utilisables pour les achats sur Internet même pour des sommes de quelques dizaines d’euros. Agréé par la Banque de France et proposé par tous les opérateurs de téléphone français, ce procédé appelé Buyster se répand rapidement sur les sites marchands depuis son lancement en septembre 2011.

De plus, et à condition d’être pré-équipés d’une puce NFC, les téléphones mobiles permettent de payer les achats courants chez de nombreux commerçants comme c’est déjà le cas dans des villes pilotes comme Nice ou Strasbourg. Il suffit d’approcher le téléphone à quelques centimètres du terminal de paiement (technologie sans contact ou identification par radio fréquence RFID).

En France, plus d’un million de téléphones mobiles seraient déjà équipés de puces NFC, auxquelles viendront peut-être s’ajouter celles placées sur nos cartes d’identité biométriques. Autant de nouveaux moyens pour effectuer des paiements ou bénéficier de bouquets de services comme Citizy (paiement des transports publics, informations produits, bons d’achats...), proposé par les principaux opérateurs de téléphone nationaux. Mais comme près des 2/3 des Français sondés par Ipsos se déclarent encore opposés au NFC, la technologie devra avant tout gagner la bataille de la confiance si elle veut s’imposer à tous et à chacun !

Sécuriser les échanges confidentiels

Alors que la cybercriminalité se développe, des ripostes s’organisent au niveau européen. Dans ce contexte, les chercheurs de l’équipe Secret (Sécurité, cryptologie et transmissions) travaillent entre autres à la sécurisation des échanges de documents. Leur mission ? Concevoir les moyens mathématiques et informatiques pour mieux protéger un message en l’encodant (cryptographie). Mais aussi, à l’inverse, procéder à l’attaque de ces messages codés pour tenter d’en comprendre le sens (cryptanalyse). Et les applications sont nombreuses, de la sécurisation des paiements en ligne aux communications téléphoniques, sans oublier la navigation sur Internet, le vote électronique ou la protection des données de santé...

 

Pour en savoir plus

Plus d’informations sur le sujet ?

Propulsé par