Sites Inria

Le 05.10.2012

Et si la Réalité Augmentée renforçait la citoyenneté ?

Chaque ville se réinvente continuellement. De nouveaux projets urbains sont donc régulièrement présentés à la population. Mais le plus souvent, ces consultations publiques n’attirent que les opposants au projet ! Pour éviter cet écueil, de nouvelles idées font leur chemin grâce à la Réalité Augmentée : proposer aux citoyens de s’immerger visuellement dans les futures constructions, mais aussi les informer plus concrètement sur leur ville.
Getty / Valentin Casarsa

Permettre aux citoyens de mieux connaître leur ville ou leur région, et de s’impliquer plus efficacement dans les projets : avec la Réalité Augmentée, un nouveau processus de co-création urbaine se dessine. En France, des expérimentations à grande échelle se sont déroulées avec succès, telle Grenoble ville augmentée en 2011. Et des équipes de recherche ou des start-up telles que Artefacto, Layar ou Metaio fournissent déjà des outils. Quant au grand public, il peut se faire une première opinion des possibilités clés de cette technique, grâce à plusieurs applications pour smartphone et tablettes (pour exemple : Junaio le navigateur en Réalité Augmentée, ou Augment qui permet d’incruster un objet dans un décor).

Le mouvement est donc lancé, suscitant de nombreux débats et échanges. « À Paris, nous réfléchissons à l’exploitation de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée dans le cadre des débats et des présentations aux parisiens des grands projets », explique George-Etienne Faure, conseillé de Jean-Louis Missika (adjoint au maire de Paris, en charge de l'innovation, de la recherche et des universités). Le couplage de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée apparaît comme la plus prometteuse des solutions, en raison de son caractère attractif, informatif et même interactif. Des applications sur simples smartphones, telle Urban Augmented Reality, en démontrent la capacité. Et des outils dédiés à la concertation pour des projets urbains, tel Urbik, se développent.

Une autre tendance vient renforcer les liens entre les citoyens et leur cité. C’est l’association de l’open data et de la Réalité Augmentée. À la suite de nombreux gouvernements et instances régionales, les villes se sont lancées dans un processus d’ouverture des données municipales au public, comme à Lyon, Montpellier, Nantes, Paris, Rennes, Toulouse et autres. Les données « libérées » deviennent potentiellement exploitables par des logiciels, des sites web ou de simples applications sur smartphone ou tablettes. Petites entreprises, start up, communautés de projet ou geeks peuvent s’en saisir et proposer de nouveaux services autour de ces données.

Comme l’explique George-Etienne Faure : « à la mairie de Paris, nous essayons de publier le plus possible de données et c’est aux gens d’inventer les usages qui vont avec. Certaines données sont plus immédiatement utilisables que d’autres, et plusieurs thèmes (arbres, toilettes publiques, points d’eau...) ont trouvé rapidement des intéressés. » Car la Réalité Augmentée pourrait apporter beaucoup, notamment dans le domaine de l’accessibilité : certaines villes ont déjà publié des données géolocalisées comme le tracé des trottoirs, des bâtiments, du mobilier urbain... Elles pourraient être exploitées pour augmenter le niveau d’informations sur tel segment de rue, indiquer sa largeur maximale ou l’absence de trottoir surbaissés... Pour donner un exemple de documentation de données géolocalisées, « Promenade au Thabor » permet l’identification des arbres en croisant des données publiées par la ville de Rennes, Wikipedia et la Réalité Augmentée !

Autre piste de recherche pour faire entrer une population plus large, mieux informée et plus créative dans les concertations : la datavisualisation. Grâce à de tels outils graphiques, les très nombreux chiffres publiés en open data (nombre de véhicules, d'espaces verts, taux de pollution…) deviennent beaucoup plus parlants pour le grand public : « ici aussi, on a le sentiment que la Réalité Augmentée peut apporter beaucoup », conclut George-Etienne Faure.

Propulsé par