Sites Inria

Le 07.04.2015

Créations numériques : rencontre sur Le Pouce

Le jeudi 16 avril à Rennes se tient la nouvelle édition du Pouce, conférence-débat thématique organisée par le centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique et la Cantine numérique. Au programme : « Créations numériques : artistes et chercheurs, même combat ? ».
Photo Ryan McGuire - CC0 1.0

Entretien avec Xavier Debontride, qui animera le débat.

Pourquoi s’intéresser aux liens entre les artistes et les chercheurs ?

Cette thématique vient d'une envie de réfléchir sur le dialogue entre art et numérique, et plus précisément entre recherche et art numérique. Quand on observe la société, on voit bien que la recherche est au cœur de la connaissance et de l'innovation numérique. Et aujourd'hui les artistes s'emparent des objets de la recherche pour créer de l'art et initier un dialogue avec le public.

 

La table ronde réunira plusieurs acteurs locaux, dont le projet Bouillants. Cet événement artistique et citoyen a lieu chaque année à Rennes et dans toute la région, sur un thème en relation avec le numérique. Cette année c'est la question du genre qui est mise en lumière. Le but est de pousser le public à s'interroger sur la notion de genre grâce à des dispositifs numériques.

 

On aura aussi le point de vue de Cyril Guillory, coordinateur général de l'association Electroni[k], qui travaille dans le champ de la création numérique. Il avait fait venir l'an dernier l'installation Eotone. C'est une création d'artistes franco-québécoise, qui émet des sons générés à partir de capteurs qui mesurent la vitesse du vent. Ces capteurs sont répartis à différents endroits de la planète. La matière première est une information chiffrée, et les artistes avaient créé un dispositif qui la transforme en un son harmonieux. C'est une œuvre très poétique, un peu comme un chant de baleine, et qui vient d'un peu partout dans le monde. Cela montre comment à partir d'informations brutes, de logarithmes, on peut écrire des compositions artistiques inscrites dans la ville.

 

 

Même combat... contre qui ?

Quand on dit même combat, la question c'est « Est-ce qu'ils poursuivent les même logiques ? Est-ce que leurs chemins se croisent ? » Le numérique présente un atout par rapport à d'autres disciplines scientifiques : il peut être rendu artistique. Peut-être qu'il est plus facile de faire de l'art avec cette science, il y a une sorte de correspondance qui peut voir le jour. C'est ce qu'on va essayer de montrer durant la table ronde.

 

Est-ce qu'à un moment les artistes se rapprochent tellement de la recherche qu'ils deviennent chercheurs ?

Je pense que non. Il faudrait définir ce qu'est la recherche : elle obéit à des processus et mécanismes très encadrés, très rigoureux. Ça aurait plutôt tendance à s'opposer à l'art, qui fonctionne avec beaucoup d'essais-erreurs, beaucoup d'émotion... peut-être que c'est plutôt l'inverse : les chercheurs qui font résonner leur sensibilité se rapprochent de l'art et deviennent artistes. Il y a une sorte fertilisation croisée qui émane de ces rencontres, où les chercheurs apportent les prérequis scientifiques.

 

Propos recueillis par Mathilde De Vos

Voir aussi

Propulsé par