Avez-vous trouvé cet article étonnant ?
Le 05.06.2013

Aidons la révolution numérique à faire sa révolution énergétique !

Avec la révolution numérique, les fichiers, programmes, morceaux de musique et autres photos de chats sont devenus accessibles par Internet, n’importe où et n’importe quand. Mais ils sont stockés dans des clouds ou des datas centers gigantesques, gros consommateurs d’énergie fossile. Vigilante, Greenpeace souhaite amener progressivement ces industries high-tech vers les énergies renouvelables..
0
Photo : southgeist (CC BY-SA 2.0)

En avril 2012, Greenpeace lançait son action «Votre cloud est-il net ?», pour attirer l’attention du public sur les retombées écologiques du cloud computing. Les 14 plus grands acteurs mondiaux du domaine - dont Amazon, Apple et Microsoft - se trouvaient mis sur la sellette. Plusieurs constats étaient faits à cette occasion :

  • le volume de données numériques circulant sur Internet devrait être multiplié par 50 entre 2012 et 2020,

  • Amazon, Apple et Microsoft étaient à la traîne dans l’utilisation des énergies renouvelables,

  • le rapport soulignait les bons résultats de certains acteurs tel Facebook, qualifié «d’ami des énergies renouvelables pour la gestion énergétique exemplaire de son cloud», et les efforts remarquables de Yahoo et Google.

En plus et indépendamment de ses actions de sensibilisation autour du cloud computing, Greenpeace publie régulièrement son classement «Cool IT leaderboard». Vingt et une entreprises de l’industrie numérique y sont classées en fonction de leurs réalisations et de leur influence sociétale pour stopper le changement climatique. Dans le dernier classement publié, version 6 d’avril 2013, Google et Cisco se partagent la première place, Microsoft est en 13ème position, alors que Toshiba et Hitachi ferment le peloton.

Pour Greenpeace, les entreprises qui se trouvent à la pointe de la technologie doivent user de leur influence pour que l’ensemble des acteurs industriels s’engagent dans la lutte contre le changement climatique. Grands absents, Facebook et Apple ne font pas partie des entreprises étudiées dans le Cool IT leaderboard, Greenpeace ayant considéré que leurs efforts sont insuffisants au global (c'est-à-dire indépendamment de la gestion énergétique de leurs cloud respectifs).

La révolution énergétique n’attend pas


Apple fait l’objet d’une attention particulière de Greenpeace, qui estime que l’entreprise à la pomme est tellement emblématique et influente qu'elle pourrait «être le leader de la Révolution énergétique». Apple semble vouloir se donner les moyens de devenir exemplaire, si on en juge par l’ouverture prochaine d’une centrale solaire de 20 MW, et surtout par le recrutement en mai 2013 de Lisa Jackson - l’ex-directrice de l’Environmental Protection Agency ! Un signal fort, immédiatement salué par Gary Cook, le spécialiste IT de Greenpeace : «Jackson peut faire d’Apple le leader du secteur technologique engagé en faveur de l’environnement, en aidant l’entreprise à user de son influence pour pousser les fournisseurs d’électricité et les gouvernements à fournir l’énergie propre dont Apple et l’Amérique ont besoin dès maintenant».

Au-delà de la seule Amérique, cette nécessaire révolution énergétique s’inscrit dans un mouvement mondial. En effet, selon les thèses de Jeremy Rifkin, économiste, prospectiviste, et inspirateur de l’Union Européenne, nous sommes entrés dans une 3ème révolution industrielle, dont l’un des piliers est la transition énergétique, c’est-à-dire l’abandon progressif des sources d’énergies carbonées ou nucléaires, au profit des énergies renouvelables (solaire, éolienne, géothermique...). Cette nécessaire transition énergétique fait actuellement l’objet de vifs débats en France, au moment où l’on semble écarter l’hypothèse d’un épuisement rapide des ressources pétrolières.

En conclusion de la version 6 de son «Cool IT leaderboard», l’association Greenpeace note avec satisfaction que les industriels du numérique affichent une lente mais constante amélioration. Pour autant, les appels à pétition restent ouverts. Alors continuons d’aider les entreprises à garder le net propre !

Ajouter un commentaire

Propulsé par